• Sylvie Carrelet

Barry Long Maître Tantrique parle du vagin


« Chaque vagin, jusqu’à ce qu’il soit aimé de façon juste, est un vagin émotionnel, relativement dur, musculeux, dans l’expectative, sur ses gardes et peu réceptif. Bien que cette tension vaginale réelle puisse être imperceptible pour la femme, elle pourra en sentir les effets dans le jeu de ses émotions. Un vagin qui a été utilisé par beaucoup d’hommes émotionnels commence à réagir comme un pénis émotionnel. Il devient dur, avide, se comporte comme un prédateur et se concentre sur l’orgasme. Lorsqu’un vagin est aussi affamé sexuellement, il ne pourra générer que peu d’éveil à l’amour chez la femme elle-même. Elle sent l’amour à l’intérieur d’elle, comme tout autre femme, mais lorsque la relation sexuelle commence, l’amour se trouve recouvert par le plaisir de l’excitation ou la recherche de l’orgasme. Le plaisir provenant d’une satisfaction émotionnelle temporaire engendre une profonde insatisfaction intérieure. Que la femme ait été libertine (ce qui n’était de sa part qu’une recherche désespérée par l’amour), ou qu’elle n’ait eu qu’un seul amant dans sa vie, son vagin répondra dans tous les cas à ce que l’homme a mis en elle.

Le processus de purification du vagin commence avec le contact d’un pénis qui n’a pas succombé à la pulsion égoïste du sexe, mais qui a servi l’amour et qui s’est suffisamment développé en conscience. Le vagin, affranchi de l’émotion, devient accommodant, tendre, prêt à donner, simple, aisé, tranquille et sans demande. Pour la femme, faire l’amour devient alors plus doux et plus épanouissant. Cela se passe sans effort, naturellement et avec beauté, car la beauté est la divine apogée du simple plaisir de faire l’amour. » – Barry Long